Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 juin 2016

Sportif

Une brune dit à sa copine blonde :
- Mon bébé a commencé à marcher il y a huit jours.
- Oh là là ! Il doit être loin maintenant !

samedi, 05 décembre 2015

Sage précaution

Une gamine rentre de l'école et dit à sa mère :
- A l'école, les garçons ils ont mis le ballon dans l'arbre et ils m'ont demandé d'aller le chercher.
- Je t'ai déjà expliqué qu'ils font ça pour voir ta petite culotte ! dit la mère, excédée.
- J'ai pas oublié, maman. Je l'avais retirée avant.

mercredi, 02 décembre 2015

Prévoyante

C'est Toto qui va chez le pharmacien :
- Je voudrais des préservatifs, s'il vous plaît.
- Comment ? A ton âge ?
- C'est pas pour moi, c'est pour ma soeur.
- Ah bon... Quelle taille ?
- Toutes les tailles, elle part en vacances en auto-stop.

lundi, 30 novembre 2015

Tout compris

Deux gamins discutent dans la cour de récréation :
- T’as demandé quoi pour Noël ?
- Une PlayStation. Et toi ?
- Un Tampax.
- C’est quoi, ça ?
- Je sais pas, mais avec tu peux faire du cheval, de la gym, du vélo, et même de la natation.

dimanche, 29 novembre 2015

Incongru

En cours de sciences naturelles, la maîtresse demande à Toto :
- Sais-tu ce qu'est un congre ?
- Ouigre !

jeudi, 12 novembre 2015

Sans crier gare

Toto joue avec son train électrique pendant que sa mère repasse :
- Lille, gare des débiles, 3 minutes d'arrêt !
- Non, mais ça ne va pas de dire des grossièretés comme ça ?
Toto continue de plus belle :
- Angers, gare des pédés, 3 minutes d'arrêt !
- Ecoute, si tu dis encore des gros mots, je t'envoie dans ta chambre. Tu as compris ?
Toto reprend son jeu en silence, mais quelques minutes plus tard :
- Nous arrivons à Tarascon. Gare de Tarascon, gare des cons, 2 minutes d'arrêt !
La mère colle une baffe à Toto et l'envoie dans sa chambre.
Le temps passe, la mère termine son repassage et se dit qu'elle s'est peut-être montrée trop sévère avec Toto. Elle décide d'aller le chercher.
- Allez, mon poussin, tu peux reprendre ton jeu. Mais fais-moi le plaisir de surveiller ton langage.
Toto redémarre son train et joue en silence pendant quelque temps, puis soudain :
- Votre attention, s'il vous plaît. Nous arrivons à Paris. Paris, gare Montparnasse, une heure de retard à cause d'une connasse !

samedi, 07 novembre 2015

Oh la vache !

Dans un petit village, une fillette arrive en retard à l'école.
- Tu as vu l'heure ? lui dit la maîtresse. J'espère que tu as une bonne excuse.
- Ben j'ai dû mener la vache au taureau.
- Comment ? Ce n'est pas ton père qui s'en charge, d'habitude ?
- Si, mais la vache préfère le taureau.

dimanche, 11 octobre 2015

Chacun son numéro

Le père de Toto est au lit, le sexe dressé sous les draps, lorsque Toto entre dans la chambre.
- C'est quoi, ça, papa ? demande-t-il en désignant la bosse.
- Euh... va donc voir ta mère. Dis-lui que le chapiteau est dressé et que la représentation va commencer.
Toto sort. Il revient quelques instants plus tard :
- Maman dit que la représentation est annulée : le petit clown saigne du nez.

dimanche, 04 octobre 2015

Forcément

Toto déboule dans la cuisine :
- Maman, maman, l'armoire de ma chambre est tombée !
- Oh mon Dieu, va vite prévenir ton père !
- Il le sait déjà, il est dessous.

samedi, 03 octobre 2015

Y a comme un os

Toto dit à son père :
- Papa, j'ai eu zéro parce que je ne sais pas où se trouve le col du fémur.
- Eh bien, va réviser ta géographie.

vendredi, 02 octobre 2015

Humour canin

Toto demande à son père :
- P'pa, tu veux bien jouer au chien avec moi ?
- D'accord, fiston.
Et il se met à quatre pattes.
- Maintenant, aboie !
Le père aboie, et Toto lui refile un grand coup de pied au cul :
- Mais c'est qu'il me mordrait, ce con-là !

jeudi, 01 octobre 2015

Grouik grouik

Toto rentre à la maison, les vêtements tachés de boue.
- T'as pas honte ? lui dit sa mère. T'as l'air d'un vrai goret ! J'espère que tu sais ce que c'est ?
- Oui, m'man. C'est le petit d'une truie.

samedi, 05 septembre 2015

Visite guidée

Un jeune garçon fait le tour de l'usine de saucisson familiale avec son père.
- Tu vois, fiston, cette vieille machine, là, c'est celle de ton arrière-grand-père. On y mettait un âne et il en sortait de la bouillie. Le reste, il fallait le faire soi-même... Et juste à côté, c'est celle de ton grand-père. On y mettait un âne et il en sortait de la bouillie préparée. Il ne restait plus qu'à remplir le boyau pour en faire du saucisson... Et celle-ci, qui est en fonction depuis plus de 25 ans... c'est la mienne, dit le père avec fierté. Tu y fais entrer un âne et il en sort directement du saucisson.
Le fils se met alors à réfléchir. Au bout de quelques instants, il demande :
- Et ça n'existe pas, une machine où on entre un saucisson et il en ressort un âne ?
Le père en reste bouche bée pendant quelques secondes, puis réplique :
- Si. Ta mère.

09:00 Écrit par Kyral dans Enfants | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, blagues, blagues drôles, usine, saucisson, fils, père, mère |  Facebook | | |

vendredi, 28 août 2015

A bicyclette

Un petit garçon demande à son père :
- Papa, c'est quoi une fiancée ?
- Une fiancée ? C'est comme si je t'achetais un vélo à Noël et que tu n'aies pas le droit de monter dessus avant les grandes vacances.
- Ah bon ? Mais je pourrais quand même jouer avec la sonnette ?

lundi, 24 août 2015

C'est malin

Un petit garçon demande à son père :
- Papa, quand je suis venu au monde, lequel des deux m'a donné son intelligence ? Toi ou maman ?
- C'est sûrement ta mère. Moi, j'ai toujours la mienne.

lundi, 17 août 2015

Concours de vitesse

Trois gamins dans la cour de récré :
- Moi, mon père, il a une Ferrari qui fonce à 350 km/h.
- Moi, mon père, il a un jet privé qui fonce à 900 km/h.
- Ben moi, mon père, il a une 2 CV. Il travaille à la Poste, et quand il finit à 17h, il est à la maison à 16h30.

vendredi, 14 août 2015

Au placard

Profitant de l'absence de son mari en voyage d'affaires, une femme a fait venir son amant chez elle. Et voilà que vers minuit, une clé tourne dans la serrure.
- Ciel, mon mari ! s'écrie-t-elle. Il ne devait rentrer que demain soir...
- Où est la porte de service ? demande l'amant en se rhabillant précipitamment.
-Il n'y en a pas, répond la femme, affolée. Viens vite dans la chambre du gosse, je vais te cacher dans le placard à jouets...
Sitôt dit, sitôt fait. Il était temps, car quelques secondes plus tard, le mari rejoint son épouse, qui lui dit combien elle est heureuse qu'il ait pu rentrer plus tôt que prévu.
Les lumières s'éteignent, la maison retombe dans le silence. C'est alors que le petit garçon se lève, va vers son placard à jouets, et frappe à la porte en disant :
- Je voudrais mon nounours.
Pas de réponse.
- Je sais qu'il y a quelqu'un. Donne-moi mon nounours.
- Je ne peux pas ouvrir de l'intérieur, murmure une voix étouffée.
- Moi, je ne peux pas dormir sans mon nounours ! Alors donne-moi dix euros.
- Ça va pas ? Petit salaud !
- Bon, je vais chercher papa. Il ouvrira le placard et il me donnera mon nounours...
- Ne fais pas ça, petit salaud ! Attends...
Et un billet de dix euros glisse sous la porte.
Une demi-heure plus tard, le gosse se relève.
- Je ne dors toujours pas...
- Je m'en fous.
- Très bien. Je vais chercher papa, et il va me donner mon nounours.
- Fais pas ça, petit salaud !
- Alors, je veux vingt euros.
- Tiens, les voilà ! grommelle l'autre en glissant le billet sous la porte, mais c'est fini, je n'ai plus rien sur moi.
Le gamin se recouche et s'endort.
Le lendemain il part à l'école, le mari au bureau, et la femme libère l'amant. Mais voilà qu'en classe, l'après-midi, le petit garçon a un cours de morale. Sujet : le chantage. Il en sort livide, en se disant qu'il a fait quelque chose d'épouvantable, et va droit à l'église pour se confesser. Agenouillé dans le confessionnal, il  commence ainsi :
- Figurez-vous, mon père, que je ne peux pas dormir sans mon nounours...
Le curé l'interrompt :
- Encore toi, petit salaud !

Bon appétit

Toto est à table avec ses parents.
- Papa...
- Tais-toi, on ne parle pas la bouche pleine, l'interrompt son père.
Il finit son assiette puis demande :
- Alors, qu'est-ce que tu voulais me dire ?
- Tu avais un asticot dans ta salade.