Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 mai 2016

Aïe aïe aïe

C'est un Juif qui téléphone à sa mère :
- Allô maman ? Comment ça va ?
- Ça va bien...
- Oh ! désolé, je me suis trompé de numéro.

vendredi, 13 novembre 2015

Le sens de l'observation

Sarah et David font de la barque sur un lac avec leur fils Samuel.
Soudain, l'enfant tombe à l'eau et coule comme une enclume.
Les parents se mettent à hurler :
- Mon Dieu, mon Dieu ! Rendez-nous notre petit !
Et là, miracle, le gamin ressort de l'eau et une vague le dépose délicatement sur le bateau.
- Merci mon Dieu pour ta miséricorde ! s'écrie David en tombant à genoux.
- Dis-donc, Dieu... dit Sarah. Le gamin, il avait pas une casquette quand il est tombé ?

mercredi, 12 août 2015

Conseil avisé

Samuel et David sont au bord de la mer. Sur la plage, ils sont étendus à se faire dorer depuis quelques heures lorsque Samuel s'aperçoit que les vagues se rapprochent dangereusement.
- David ?
- Oui, Samuel ? marmonne David à moitié assoupi.
- La mer monte...
David se redresse d'un bond :
- Achète !

mardi, 09 juin 2015

Une affaire

C'est Abraham qui dit à une cliente :
- Achetez donc cette veste, madame.  À ce prix-là, c'est une affaire. De la pure laine !
- Ah bon ? Alors pourquoi c'est écrit "100 % coton".
- C'est pour tromper les mites.

mercredi, 27 mai 2015

Les affaires sont les affaires

Abraham et sa femme Sarah sont tellement imprégnés de leur génie du commerce que, même s'il leur arrive de céder à des désirs conjugaux bien naturels, ils usent d'un langage assez particulier :
- Chéri, dit Sarah, tu n'as pas quelque chose à vendre ? Je suis acheteuse...
Or, un soir, Abraham prend sa femme par le bras et lui dit :
- J'ai quelque chose d'intéressant pour toi, mais il faut acheter tout de suite.
- Oh ! je suis très fatiguée, dit Sarah. Ça peut attendre demain.
Mais au bout d'une demi-heure, seule dans son lit, elle commence à changer d'avis. Elle se lève et va frapper à la porte de la chambre d'Abraham :
- Chéri, c'est toujours d'accord pour traiter l'affaire en question ?
- Non, dit Abraham à travers la porte. C'était une petite affaire. Je l'ai traitée de la main à la main.

mardi, 14 avril 2015

Nuance

Un curé et un rabbin déjeunent ensemble. Au milieu du repas, le curé ajoute de l'eau dans son vin. Le rabbin s'indigne :
- Un vin pareil ! Le baptiser, c'est un sacrilège.
Le curé regarde l'autre en coin et lui glisse :
- Je ne le baptise pas, je le coupe.

mercredi, 01 avril 2015

Bienfaiteurs

C'est le petit Samuel qui écrit à Dieu :
"Mon Dieu, papa n'a plus de travail et maman est très malade. Mes frères et soeurs n'ont plus rien à se mettre. Tu vois qu'on est très malheureux. Si tu pouvais m'envoyer mille euros, ça ferait plaisir à tout le monde."
Les postiers, ne pouvant faire parvenir la lettre à son destinataire, sont bien obligés de l'ouvrir. Ils sont tellement bouleversés par la détresse de cette famille qu'ils décident de se cotiser. Ils font la quête et réunissent cinq cents euros qu'ils envoient au pauvre gamin.
Trois jours plus tard, ils ouvrent avec curiosité une autre enveloppe, portant la même écriture et adressée au même destinataire :
"Merci, mon Dieu. J'ai bien reçu l'argent. Mais la prochaine fois, envoie plutôt un chèque, j'ai des doutes sur le facteur."

vendredi, 20 février 2015

Naufrage

C'est un bateau qui fait naufrage, lentement mais sûrement. 
Le capitaine réunit tout l'équipage : 
- Les gars, c'est foutu ! On est perdus ! Le radar et la radio sont en panne. 
Prions Dieu pour qu'Il nous reçoive au moins avec indulgence au Paradis. 
Tout le monde est bouleversé et se met à genoux pour prier... excepté un matelot 
qui reste debout. 
- Et toi ! lui dit le capitaine. Tu ne peux pas faire comme tout le monde et 
prier ?
- Non, moi je suis juif. 
- C'est pas une raison ! La situation est suffisamment critique comme ça. Il y a plus de religion qui compte ! Tu devrais au moins faire un geste chrétien, Isaac !
Alors Isaac enlève son béret et fait la quête.

jeudi, 15 janvier 2015

Business is business

C'est Jacob qui rencontre Abraham :
- Figure-toi qu'en ce moment j'ai de l'urée.
- Ah oui ? À combien ?

dimanche, 31 août 2014

Question de temps

Isaac doit s'absenter quelques instants de son magasin de confection. Mais il a tellement peur de perdre des clients qu'il accroche un écriteau à la porte :
 
JE REVIENS DANS UN QUART D'HEURE.
 
Puis il se dit que les gens n'auront pas la patience d'attendre. Alors il ajoute :
 
JE SUIS DEJA PARTI DEPUIS 10 MINUTES.

vendredi, 29 août 2014

Bonne affaire

- Bonjour à tous ! Vous écoutez Radio Tel Aviv, 102.7 FM... mais en insistant un peu, vous pouvez l'avoir pour 102.

jeudi, 24 mai 2012

L'addition

Un Écossais et un juif vont manger dans un restaurant très chic. Le repas est copieux et les mets raffinés. Lorsque la serveuse arrive avec l’addition, bien salée, l’Écossais dit :
- C'est pour moi.
Et il paie effectivement. Le lendemain matin, on peut lire à la une du journal local :

UN VENTRILOQUE JUIF RETROUVÉ ASSASSINÉ DANS UNE RUELLE

jeudi, 08 mars 2012

Déformation professionnelle

C'est un gars qui entre dans un café à Deauville. Il arrive au comptoir et dit :
- Un gin, s'il vous plaît.
Aussitôt, une vingtaine de clients se retournent et demandent en choeur :
- Quelle taille ?

dimanche, 05 février 2012

Chez le médecin

C'est Jacob qui s'en va consulter le meilleur cardiologue de Varsovie.
À la fin de la consultation, il demande :
- Alors docteur, combien je vous dois ?
- Ça fera 50 zlotys.
- 50 zlotys ? C'est impossible.
- Bon, disons qu'exceptionnellement, pour vous, je peux descendre à 30 zlotys.
- 30 zlotys pour une consultation ?  C'est ridicule !
- Bon, alors 20 zlotys.
- Mais enfin, qui a autant d'argent ?
Le cardiologue est passablement énervé maintenant :
- Bon, allez, donnez-moi 5 zlotys et fichez le camp !
- Je peux vous donner 2 zlotys, c'est à prendre ou à laisser, dit Jacob.
- Je ne vous comprends pas... Pourquoi êtes-vous venu consulter le médecin le plus cher de la ville ?
- Ah, moi, vous savez, docteur, quand il s'agit de ma santé, rien n'est trop cher.

mardi, 17 janvier 2012

Les affaires sont les affaires

C'est Sarah qui dit à David :
- Chéri, depuis dix ans que nous sommes mariés, tu ne m'as jamais rien acheté.
David lève le nez de son journal, l'air étonné :
- Mais tu ne m'as jamais dit que tu avais quelque chose à vendre !

mardi, 13 décembre 2011

Entrée en matière

Pendant les années 30 en Allemagne, David se balade dans la rue.
Tout à coup, une voiture s'arrête à son niveau dans un crissement de pneus : C'est Adolf Hitler lui-même. Il descend de la voiture et dit en pointant un pistolet vers David :
- Juif ! Couche-toi par terre et mange la crotte de chien qui est là !
Alors David, qui ne veut pas se faire tuer, s'exécute et commence à manger.
Hitler est tellement content de ce spectacle qu'il se met à rire, mais rire... Tant et si bien qu'il en lâche son arme.
David se précipite et la ramasse. Il la pointe sur Hitler et lui demande de finir la crotte de chien.
Pendant qu'Hitler est occupé, David prend ses jambes à son cou et s'enfuit sans demander son reste.
Lorsqu'il arrive chez lui tout essoufflé, sa femme Sarah lui dit :
- Tu rentres bien tard.
- Ah ! chérie, tu ne devineras jamais avec qui j'ai dîné !

dimanche, 02 octobre 2011

Business is business

Abraham a accroché devant son magasin une grande pancarte :

ICI 20 % DE REMISE !

 
Alors Jacob, qui tient un magasin presque à côté, accroche une pancarte un peu plus grande :

ICI 30 % DE REMISE !!!


Et puis arrive Samuel, qui est propriétaire du magasin situé entre les deux autres. Il voit les deux pancartes et se dit : "Impossible de descendre plus bas". Il réfléchit un peu, puis installe au-dessus de sa porte une grande banderole :

ENTRÉE PRINCIPALE

samedi, 24 septembre 2011

Trois mères juives

Trois mères juives parlent de leurs fils :
- Mon fils, il est tellement riche qu'il pourrait acheter tout Paris s'il voulait.
La deuxième soupire :
- Bah bah bah... Moi, mon fils, il est tellement riche qu'il pourrait acheter tout Paris et tout New York s'il voulait.
Alors la troisième s'écrie :
- Et qui vous dit que mon fils veut vendre ?